Musée de l’histoire de l’Immigration à Paris: la façade

C’est dimanche…. Il fait moche. Il pleut à Paris… Certaines mauvaises langues diront: comme toujours…. Elles ne sont pas loin d’avoir tord…

Vous ne savez pas quoi faire: la vie culturelle a parfois ses limites….
Vous avez vu le dernier Woody Allen qui parle d’une capitale européenne quelconque. Les établissements proposant des brunchs sont pris d’assaut par les bobos parisiens qui contrairement là vous acceptent de faire la queue pendant 3h dans la rue pour finalement s’entasser dans des établissements trop petits….

Bref, vous vous sentez une humeur de rebelle… Que faire?
En ces temps de retour d’un racisme décomplexé, allez faire un tour au musée de l’histoire de l’immigration: vous y lirez des histoires intéressantes sur ces gens qui ont quitté leur pays en espérant trouver une vie meilleure…. C’est très instructif.

En plus de tout cela, vous trouverez des présentations bien faites sur le fond et la forme, le tout dans un bâtiment vraiment intéressant: à l’extérieur comme à l’intérieur. Ce qui m’a frappé, c’est la richesse de la façade:

Façade du Musée de l’histoire de l’immigration

L’intérieur du bâtiment vaut également le coup. Peut-être que je montrerai quelques photos dans un avenir proche…. ou pas, on verra…
Bref, je ne saurai trop vous conseiller d’y aller….

D’un point de vue technique, cette image a été faite avec le Sony RX-100 (premier du nom). C’est vraiment un très bon appareil compact. Le mot compact n’est pas galvaudé du tout quand on parle de cet appareil. Il tient dans un poche et pèse moins de 250g avec la batterie….
Je suis parti d’un JPG de l’appareil: les défauts et déformations de l’objectif sont très bien corrigés logiciellement…. Et j’ai corrigé la perspective de la prise de vue avec DXO View Point. Le résultat est pas mal vu à 100%. Je pense qu’une impression en un format correct, jusqu’à 90 cm * 90 cm, est envisageable, tout en gardant une bonne qualité. Vraiment pas mal pour un si petit compact. Vous pouvez l’emmener partout et zou, si quelque chose d’intéressant se présente, il est toujours possible de le sortir.

A bientôt,

Pascal