Paris sous la neige: Montmartre

Lors de ce long week-end de neige, nous sommes également allés nous promener dans un haut lieu touristique: Montmartre. C’était un dimanche après-midi, il y avait énormément de monde dont un nombre très important de photographes….

Mais aussi beaucoup de gens qui faisaient de la luge sur les pente enneigées. Ce qui m’a marqué, c’est que tout le monde semblait heureux et souriant. Comme quoi la neige peut modifier l’humeur apparente des parisiens…. 😉

Les photos prises ce jour là ne le montrent pas…. Ce n’était pas ce que j’était venu photographier et je ne me suis pas adapté. C’est un peu dommage et je le regrette aujourd’hui. Ceci dit, voici quelques photos.

A noter: les stalactites qui coulaient de la bouche des gargouilles… Ca ne se voit aps trop en petit format mais sur une photo haute résolution, on le voit bien….

A bientôt,

Pascal

Paris sous la neige: Canal saint Martin

Il y moins d’un mois, Paris était sous la neige, le temps d’un week-end. Pour une fois, la neige s’est mise à tomber un vendredi soir. Et cette année, une fois nest pas coutime, je suis arrivé à prendre mon courage à 2 mains pour aller faire une petite ballade le samedi matin et profiter des rues avant qu’il n’y ait trop de monde pour gâcher le petit tapis blanc qui couvrait les rues….

Je suis donc allé me promener vers le Canal saint Martin.  Il n’y avait pas grand monde. C’était très agréable de se promener dans un but exclusif de faire des photos. Surtout avec la neige qui absorbe les sons…. La ville était calme. Pour une fois…

Les photos ont été faites avec le X-Pro1 et avec le nouveau zoom Fuji, le XF 18-55mm, qui est très agréable à l’usage, même si avec des gants, il est assez facile de modifier l’ouverture de manière non voulue. Au moment de les retoucher (toujours avec Capture One), le passage en noir et blanc, assez contrasté s’est imposé de lui-même. Ca rend une ambiance que j’aime bien.

De plus, ce type de noir et blanc contrasté permet de faire des photos assez géométriques.

Et de temps en temps, quelques passants permettent  de mettre un peu de vie dans le cadre.

Sans oublier les objets plus ou moins oubliés, comme les vieux vélos qui mettent un peu de pittoresque à tout cela.

Je me suis bien amusé lors de cette ballade. Le Fuji X-Pro est vraiment très agréable à utiliser en ville. De plus, le zoom XF 18-55mm est le transtandard qui permet de ne pas changer d’objectif à tout bout de champs. En plus, c’est un appareil relativement discret, tant au niveau de l’encombrement que du bruit…  Ca n’effraie pas les passants.

A bientôt pour un 2e article consacré à Paris sous la neige, mais à Montmartre cette fois,

Pascal

Aiguille de Mex

Voici un rappel de l’été dernier, en Suisse, après une longue, très longue, très très longue montée… enfin, pas forcément si longue que ça, mais pentue, très pentue…. bref, après tout ça, la récompense: 10 minutes de pause et une belle vue sur l’Aiguille de Mex, entourée de nuages. 

Photo prise au Fuji-X-Pro1, avec le Fuji XF 35mm, en RAW. Traitée avec Capture One.

A bientôt,

Pascal

VIZA: en concert au Zénith de Paris

Vendredi dernier, le 19 octobre, Serj Tankian donnait un concert au Zénith de Paris.
Serj, j’aime bien, mais pour moi, le vrai évènement, c’était VIZA qui assurait la première partie. Rien que pour ça, ça valait le coup d’aller voir ce concert. Ci dessous, une image avec Serj + VIZA sur Viktor un très bon morceau.

J’ai décidé de tester d’y aller avec le Fuji X-Pro 1. Ca valait le coup parce que les mages que cet appareil a permis de sortir sont de très bonne qualité.

Et VIZA, on aime en France. C’est leur 2e maison…. en tout cas, c’est ce que voudraient les fans (dont je fais partie):

Vivement leur prochain concert.
Note: si vous voulez avoir une idée de la sympathique musique de VIZA, vous pouvez trouver ça sur You Tube. Mais achetez leurs albums, ça vaut le coup.

La galerie complète se trouve ici.

A bientôt,

Pascal

PS: He was 5 feet tall, weighted  100 pounds… Si ça vous rappelle un président français récent, ce n’est sans doute qu’un hasard… 😉

Terrasses de Lavaux

Les terrasses de Lavaux sont un territoire suisse situé en bord du Lac Léman. Ce sont des vignes aménagées à flanc de coteaux et se jetant dans les eaux bleues du Lac.
Aucun mètre carré n’est perdu. Nous avons soit des vignes, soit des villages soit des moyens de déplacement (routes et trains).

L’endroit est très agréable et surtout très calme. Beau et paisible. Franchement, c’est une endroit à visiter.

LA photo ci-dessus est meilleure en grand: on voit des voiles sur le Léman. Les ocres des toits, le bleu du lacs et des montagnes et surtout le vert des vignes cohabitent… Pour rester fidèle aux couleurs de l’endroit, je n’ai pas rajouté de saturation aux couleurs.

A noter que le Fuji X-pro 1 est vraiment très agréable à porter en randonnée. Il est assez léger et avec le Fujinon XF 17mm, il ne prend pas beaucoup de place dans le sac ou autour du cou. Et les photos produites sont de très bonne qualité technique.

Le reste de la  série sera à suivre bientôt…

A bientôt,

Pascal

Matériel: moratoire de 2 ans

 Pendant ce mois de mars, j’ai procédé à 2 acquisitions:

 – Canon S-90:
Petit appareil compact de 10 MP qui tient dans la poche. C’est pour ça que je l’ai acheté: pour l’emmener en concert.
C’est un appareil expert: il est entièrement débraillable et peut donc fonctionner en mode manuel complet: Vitesse, Ouverture, ISO, focale (équivalent 28-105mm en 24*36), et même mise au point.
Bref, c’est un jouet assez amusant. Et la qualité d’image est plutôt pas trop mal.
Exemple – 100 ISO :

Niveau bruit, à 400 ISO, c’est bon,. A 800ISO, c’est correct. Et à 1600 ISO, c’est acceptable. Les 3200 ISO sont là plus pour le sauvetage qu’autre chose. Mais, c’est parfois utile en concert. A ce moment, là, il faut accepter le grain. 😉
Exemple – 3200ISO :

 – TOKINA 10-17mm F3.5-4.5 DX ATX:
C’est un fish-eye conçu pour les capteurs APS-C.  Mais ça passe sur les capteurs APS-H à partir de 12.5mm.
Ca donne des effets de déformations assez marrants.
Exemple de la déformation d’un fish :

Voici une liste du matériel dont je dispose :  ici.
Ca ne changera plus pendant 2 ans.  Enfin disons, que jusqu’à mes 34 ans, je n’investirai plus d’argent dans le matériel. 😉

Pascal

Changement d’appareil

Ca y est, j’ai vendu mon 5D.  C’était pourtant un super appareil, avec une qualité d’image exemplaire. Alors, pourquoi?
Et bien, c’est simple après une réflexion sur ce blog disant que j’avais le matériel pour faire tout ce que je voulais, je me suis rendu compte que oui, j’avais tout le matériel pour faire ce que je voulais, mais qu’il me fallait 2boitiers pour le faire :
– le 7D pour l’autofocus et la construction,
– le 5D pour la qualité d’image.

Le fait de se trimballer avec 2 appareils est assez ennuyeux finalement. Lors de l’achat du 7D, je me suis dit que je pourrais revendre le 5D si la qualité d’image était au rendez-vous avec le 7D. Malheureusement, ça n’a pas été complètement le cas….
J’ai donc listé les 11 critères qui me semblaient importants dans un reflex:

1- Qualité d’image (au moins égale à celle du 5D)
2- Montée en ISO (celle du 5D me suffit)
3- Traitement tout temps (au moins égal à celui du 7D)
4- Auto-Focus (celui du 7D était bon)
5- Micro ajustement de l’auto-focus (comme sur le 7D)
6- Taille du capteur (le full frame du 5D était bien pratique pour les grands angles et l’APS-C du 7D est bien pratique pour le sport)
7- Live-view (pour faire de belles images sur trépied – le fait que le 5D en soit dépourvu était un gros handicap)
8- Nettoyage du capteur (les poussières sont le fléau du 5D)
9- Compatibilité avec mes systèmes de déclenchement de flash à distance (mes cactus triggers provoquent du banding sur les images produites par le 5D, ce qui fait, qu’en « studio », seul le 7D était utilisable).
10- Vidéo (en fait, ça, c’est juste un bonus)
11- Compacité du boitier (des boitiers de la taille du 7D et 5D sont relativement discrets)

Et je me suis rendu compte que l’appareil qui correspondrait le mieux à tous ces critères était le Nikon D700… Argh….
Par contre, passer chez Nikon me couterait un bras… Et en plus, je déteste l’ergonomie des boitiers  Nikon.
Ensuite, si je décidais de me séparer de mes deux appareils, j’avais le budget de m’acheter un 5D mark II, qui serait parfait pour la qualité d’image, le studio et les conditions de lumière difficile. Malheureusement, l’AF de cet appareil n’est pas vraiment suffisant pour le sport.

Et en regardant, le marché de l’occasion, je me suis rendu compte du fait que deux appareils étaient également possibles:
– le 1Ds Mk II: qualité d’image exemplaire, mais finalement, quelques défauts du 5D persistaient (absence de nettoyage de capteur, pas de micro-ajustement de l’AF).
– le 1D Mk III: ce boitier a tout pour lui, sauf quelques points: la vidéo (mais ce n’est pas grave), la taille du capteur (seulement 10MPixels et format APS-H) et la taille du boitier : il est énooorme. Bref, quelques défauts, mais finalement, c’est un super compromis à un tarif équivalent à un 5D Mk II neuf.

Bref, je me suis décidé à prendre le 1D Mk III pour sa construction, son autonomie, son AF (un 1D MkIII qui est passé au SAV ne présente normalement plus les problèmes d’AF qu’a connu l’appareil au début de sa commercialisation), sa rafale (10 images par secondes), sa montée en ISO à peine moins bonne que celle du 5D), son liveview , sa qualité d’image (mieux vaut un bon 10Mpixels bien propre qu’un mauvais 18Mpixels). Finalement, je pense que l’APS-H peut être un bon compromis, avec son coefficient de conversion de focale de 1.3. La perte en grand angle n’est pas énorme et en sport, on gagne toujours un peu pour les focales les plus longues (le 300mm devient un 390mm). A voir à l’usage.

J’espère que je ne le regretterai pas et je mettrai plein d’image très bientôt.
Par contre, un petit mot sur le 5D, c’est vraiment dommage de le vendre, mais bon, je m’étais promis de ne plus investir d’argent dans la photo en 2010 et 2011… Et je vais essayer de respecter ça. Bref, je m’en sépare à regret, alors que finalement, je ne regretterai pas le 7D.

A bientôt pour plein d’images….

Pascal

Matériel de studio

Il y a très peu, j’ai décidé de me doter d’un éclairage de studio pour pas trop trop cher.
Comme je ne suis pas riche comme Fréjus, j’ai cherché une solution économique. Je me suis donc procuré 4 flashes Cactus KF-36, qui sont réglables manuellement. Ainsi que 4 cactus triggers V4 pour les déclencher à distance.

Ce matériel est facilement trouvable sur internet pour une somme raisonnable. En gros, c’est 100 dollars pour les flashes et 30 dollars pour les triggers. Et le tout fonctionne très bien. Enfin, ça fonctionne très bien avec le 40D du travail, mais avec mon 5D, ça provoque un énorme banding (des bandes de couleurs en haut de la photo qui rappellent un peu des interférences sur les télés cathodiques – ça ne nous rajeunit pas).  Pas moyen d’éliminer ce phénomène, même pas avec de la ferrite. Seule solution : utiliser le 40D. Ca marche très bien avec le 5D Mark II, comme quoi Canon a bien mieux blindé son nouveau modèle que le précédent….

Bref, j’ai testé ça deux fois avec le 40D. Ca marche pas mal. Que ce soit pour photographier des fleurs ou mon pote Pierrot…. Mais bon, j’ai pas mal d’essais à faire pour m’améliorer. En tout cas, ça constitue une solution pas cher, et très transportable pour se faire un petit studio. Maintenant, y a plus qu’à.

Pour le 5D, je me suis acheté 4 cellules optiques pour un déclenchement par flash. Mais je n’ai pas encore testé. A suivre.

 J’espère que ça vous aura intéressé.

Pascal

PS :  j’ai mis 2 exemples de chaque séance de test.  Bientôt, je mettrai des séries plus complètes. Prises avec le 40D et ses cactues triggers et avec le 5D et ses cellules photo-sensibles.