Sur la Terre comme au Ciel.

J’ai été convié à la Générale de cette pièce pour faire les photos visant à assurer publicité de cette pièce…  Franchement, ce fut un choc. J’ai trouvé la pièce tout simplement géniale, malgré le sujet un peu aride. Une vraie bonne découverte….

J’ai donc fait des portraits avant la répétition générale, histoire d’illustrer l’histoire et de présenter les personnages. Les acteurs ont rejoué de courtes scènes et j’avais toute liberté pour tourner autour d’eux et les prendre sous l’angle qui m’intéressait. Mais il fallait travailler vite pour saisir le maximum d’images exploitables…

Ensuite, la répétition générale a commencé. J’ai donc pu assister en direct aux derniers ajustements à la veille de la première représentation de cette pièce. C’était très intéressant d’assister à cela. De plus, j’ai pu me déplacer dans les gradins pour chercher le meilleur ange possible selon l’action qui se déroulait sur scène…. Pas besoin de se préoccuper du public un vrai bonheur.

La répétition générale ayant lieu après les représentations du jour, il était tard. Ca a commencé à 23h et je comptais partir à 1h au plus tard. Mais je me suis laissé emporter par l’histoire de la pièceet je n’ai pas pu partir avant la fin de la pièce. 3h du matin. Je recommande de lire cette pièce à tous ceux qui ne connaissent pas cette histoire: celle des jésuites du Paraguay qui ont créé une sorte d’état communiste… et la manière dont le Roi d’Espagne a maté tout cela.

Les acteurs étaient excellent. Le texte passionnant. Bref, j’ai vraiment passé un bon moment et j’espère que les photos le montrent.

J’ai toujours joué avec mon 1D mark III et principalement le Canon 70-200m F2.8 L IS II. Mais aussi le 28-70mm F2.8 L.
Ca a permis de travailler vite et avec un résultat très acceptable.

La seule chose que je regrette, c’est que cette pièce n’ait pas eu plus de succès et n’ait pas tourné dans plus de théâtres…. Mais il faut dire qu’avec plus de 12 acteurs, c’est difficile d’être rentable.   Dommage…

L’ensemble des photos se trouve ici.

A bientôt,

Pascal